200 à 300 retraités contre la réforme à Grenoble

La Dépêche DR

Ce mercredi 24 février à 15 heures, sous une pluie persistante et un vent décoiffant, il fallait être courageux pour se masser petit à petit sur la place André-Malraux à Grenoble. Les retraités viennent manifester contre la réforme des retraites, que Nicolas Sarkozy espère voir aboutir d’ici la fin 2010.

La CGT mène la danse, suivie de quelques drapeaux CFDT, FSU, CFTC et même un seul FO, André Arrighi, qui s’indigne sous son parapluie : « Depuis vingt ans, nous perdons chaque année 1% par rapport au coût de la vie et personne n’en parle dans les médias ! Pour les manifestations d’actifs, il y a du monde, mais pour parler des vieux… » Cet homme énergique de 69 ans regrette que les pensions soient indexées sur les prix indicatifs INSEE. « Jospin et Chirac ont signé un traité de convergence européen en décembre 1999, sur conseil de certains syndicats comme la CFDT. Et aujourd’hui on pousse des cris d’orfraie dans les manifestations, mais il ne fallait pas signer ! On voudrait revenir à une indexation sur le SMIC, et que plus de moyens soient accordés à la protection des personnes âgées. Le président devait faire de nous une priorité nationale, et il a attendu trois ans avant de s’attaquer au problème. Nous les anciens, on a toujours l’impression de passer derrière. »

Pas responsables de la crise

Jeanine, 72 ans, ne se réclame d’aucun mouvement politique. « Je suis venue car j’estime indispensable de défendre nos maigres retraites. Cela fait beaucoup trop longtemps que l’Etat ne fait rien pour nous aider, que nous avons du mal à joindre les deux bouts, cela ne peut plus durer, nous ne méritons pas cela ».

« Moi je veux bien qu’on cotise pendant 47 ans et demi, s’il le faut vraiment, pondère son ami Charles, 65 ans. Mais ce n’est pas réaliste : comment vont faire ceux qui ont un bac + 5 et commencent à travailler à 22, 23, 24 ans, parfois plus ? Va-t-on les faire travailler jusqu’à 80 ans ? Cela n’a pas de sens. »

Maurice Point-Rivoire, le responsable CGT des retraités grenoblois, prend le micro. « Les retraités n’ont pas à subir les conséquences d’une crise dont ils ne sont pas responsables », martèle-t-il. Il déplore la baisse constante de leur pouvoir d’achat et la hausse des dépenses incontournables telles que les assurances, les mutuelles, l’électricité et le gaz, sans oublier les soins de santé, qui représentent tout de même 11% du budget d’une personne âgée.

12% des personnes âgées recourent à l’aide alimentaire

La perte d’autonomie est également de plus en plus coûteuse. André Arrighi appuie ce propos : «En France, il n’y a que six personnes soignantes pour dix pensionnaires dans une maison de retraite, contre dix à quatorze pour dix dans d’autres pays européens économiquement comparables comme la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne surtout, etc. C’est la porte ouverte au surmenage, aux formations compromises et à la maltraitance. »

« A compter de 2010, la suppression de la demi-part accordée jusqu’alors au contribuable seul, qu’il soit célibataire, veuf ou divorcé et ayant élevé au moins un enfant va avoir des répercussions sur le pouvoir d’achat de bon nombre de personnes. C’est un mauvais coup de plus », ajoute Maurice Point-Rivoire, qui regrette également que la pauvreté oblige 12% des personnes âgées à recourir à l’aide alimentaire.

Les chiffres illustrent cette dure réalité : plus d’une retraitée sur trois perçoit moins de 700 euros par mois et une sur deux moins de 900 euros. Sur les 14 millions de retraités, plus de 5 millions ne perçoivent qu’entre 800 et 1100 euros par mois. De nombreux panneaux « + 300 euros ! » émaillent l’assemblée, qui se fait de plus en plus nombreuse.

Finalement, vers 15h30, le cortège s’ébranle. 200 à 300 personnes se mettent en route. « Le préfet a accepté de nous recevoir, c’est une grande première, ironise Maurice Point-Rivoire. Habituellement, nous restons sur le pas de la porte. » Et c’est avec détermination qu’un nuage de parapluies colorés marche vers la préfecture, place de Verdun.

Isabelle Crahay

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

« En France, les médailles par équipes sont aussi belles que les individuelles »

Boris Sanson, Julien Pillet, Vincent Anstett et Nicolas Lopez, vainqueurs du sabre aux JO de Pékin

Selon Nadine Debois, docteur en STAPS, la tendance des sportifs français à briller par équipes et à décevoir en individuel serait liée à certains ressorts psychologiques, sociaux et techniques.

Lors des JO de Vancouver, Sandrine Bailly a fait un relais exceptionnel, alors que ses résultats individuels ont été décevants. D’autres Bleus, par le passé, ont connu le même genre de fortune… Est-ce une tendance française ?

Cela ne concerne pas seulement les sportifs français, même si le phénomène est récurrent ici. Le tout est lié à la personnalité des sportifs. En effet, le psychologique peut prendre le dessus sur la performance individuelle, en particulier lors de grands événements comme les JO ou d’autres compétitions internationales. Psychologiquement, le sportif fait la balance entre la difficulté qui se profile, et les ressources dont il pense disposer. A titre individuel, l’athlète blessé peut ainsi se sentir menacé quand il n’est pas au top de sa forme. Par équipes, le même athlète peut percevoir cette difficulté comme un challenge car il veut participer à une œuvre collective et ne pas décevoir ses coéquipiers : l’enjeu étant partagé, la pression est partagée et chacun apporte sa pierre à l’édifice.

Accorde-t-on en France plus d’importance aux épreuves par équipes qu’à l’étranger ?

Probablement. En athlétisme, par exemple, les Français ont toujours préparé en groupes et en pôles les échéances à venir. Le grand relais titulaire du record du monde Sangouma, Marie-Rose, Trouabal et Morinière se connaissait par cœur, avec les avantages techniques et mentaux que cela comporte. Les relais américains fonctionnent différemment : les quatre premiers des championnats nationaux sont sélectionnés, et ne commencent à travailler ensemble que peu de temps avant le début des compétitions internationales. En 2003,  lors du 4 x 100 m, quand Christine Arron rattrape puis double Torri Edwards, pourtant vice-championne du monde, cela est dû autant à son relâchement qu’à un avantage technique, dû au travail consacré au passage de relais.

Au quotidien, l’éducation sportive française insiste-elle particulièrement sur la notion de collectif ?

Le principe même d’Insep, de pôles et de rassemblements favorise le travail de groupe. Les athlètes, globalement, se retrouvent dans le collectif et ont l’impression de participer à une construction. D’un point de vue éducatif, cela permet d’éviter les comparaisons sociales ou statistiques, fortement marquées par les égocentrismes… D’ailleurs, et cela n’est pas un hasard, les relais français ont commencé à décliner quand nos athlètes ont commencé à privilégier les entraînements plus individualisés.

Propos recueillis par Pierre Laurent

Poster un commentaire

Classé dans Sport

L’affaire Soumaré sème la zizanie à l’UMP

Nouveau coup dur pour la majorité présidentielle en région Ile-de-France. Après les fausses accusations à l’encontre d’Ali Soumaré, tête de liste PS dans le Val d’Oise, Valérie Pécresse avait condamné les propos de ses colistiers. Une « démarche qui ne correspond ni à sa conception de la politique, ni à ses valeurs », précisait la ministre, en représailles des déclarations de Francis Delattre et de Sébastien Meurant, maires de Franconville et de Saint-Leu-la-Forêt.

Pécresse était au courant

Oui mais Axel Poniatowski ne semble pas tout à fait prêt à laisser Valérie Pécresse se déresponsabiliser de l’initiative du maire de Franconville. La tête de liste UMP du Val-d’Oise, assurait au quotidien Le Monde ce matin que Valérie Pécresse avait « donné son accord » au communiqué d’accusation des deux maires du 92. « J’ai prévenu Valérie Pécresse de mon intention de faire ce communiqué. Elle m’a donné son accord. » Poniatowski qui s’est dit « outré » d’apprendre que son rival PS était « un repris de justice, multirécidiviste qui plus est », fait ses excuses. « Il est certain que son passé judiciaire n’est pas aussi lourd que ce que l’on pouvait penser. Il n’en reste pas moins que M. Soumaré est un personnage obscur », a-t-il également déclaré.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là dans les rangs de l’UMP. Puisque dans l’après-midi Poniatowsky a démenti ses propos. Il faisait en fait référence à un autre communiqué, d’où le quiproquo. « J’ai déclaré avoir informé Valérie Pécresse, sans requérir son approbation, que je sortais un communiqué en réaction à celui de messieurs Delattre et Meurant », maires UMP de Franconville et de Saint-Leu-La-Forêt, explique le député UMP.

« On a déjà perdu »

Valérie Pécresse savait-elle ou pas ? Une chose reste sure, l’affaire Soumaré, sensée déséquilibrée la campagne du parti socialiste, a surtout révéler une certaine cacophonie à l’UMP. Le leadership de Valérie Pécresse est ainsi remis en question par Eric Raoult, député de Seine-Saint-Denis. Cela « me donne l’impression d’une campagne amateur, qu’il n’y a pas de patronne, qu’on a déjà perdu », a-t-il déclaré ce mardi . « Si on veut un réflexe anti-droite sur la couleur de peau, on ne fait pas mieux », a ajouté l’élu.

Fatima Rougi

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Jimi Hendrix sort un nouvel album

Un album inédit de Jimi Hendrix ainsi que son catalogue officiel sortiront le 8 mars prochain chez Experience Hendrix et Legacy Recordings, une filiale de Sony.

Dans quelques semaines le dernier Hendrix sera dans les bacs, ce qui est pour le moins curieux étant donné que 2010 marque les quarante ans de sa disparition. Mais depuis qu’Hendrix a abruptement rejoint le panthéon des Guitar Hero, il ne nous a jamais vraiment quittés puisque régulièrement les magasins de disque sont inondés de live et de ré-éditions… et cela alors que sa discographie se résume à seulement trois albums studios : Are You Experienced ? (1967), Axis : Bold as Love (1967) et Electric Ladyland (1968). Albums qui seront réedités en version digipack de luxe à cette occasion. Mais le génie tourmenté du rock, mort à l’âge de 27 ans, n’a pas encore épuisé tout son legs. Selon l’ingénieur du son américain Eddie Kramer, qui fut un proche collaborateur, et Janie Hendrix, sa belle-soeur on pourrait encore publier un album de lui chaque année jusqu’en 2014. Legacy Recordings, la branche catalogue de la maison Sony, publiera le 8 mars Valleys of Neptune, un album composé de matériel inédit (12 titres enregistrés entre 1967 et 1970 pour près de 62 minutes de musique inédite), produit par la sœur de Jimi, Janie Hendrix, John McDermott et Eddie Kramer.  Valleys of Neptune, premier single sortie le 2 février extrait de l’album éponyme, bénéficie d’un clip réalisé d’après une aquarelle de 1957 signée Jimi.

Le business de Janie Hendrix se porte donc plutôt bien. Après avoir obtenu péniblement la gestion de l’œuvre de son beau-frère en 2009, elle a aussitôt signé un contrat avec Sony, afin de diffuser sa musique sur tous les types de médias. Elle a ainsi annoncé ce vendredi la sortie dans le courant de l’année d’un futur Rock Band (concurrent de Guitar Hero sur le marché musical vidéoludique) entièrement consacré au guitariste américain. Harmonix, développeur de la franchise musicale Rock Band, a cependant nuancé l’information au site Ign.com. La société négocie effectivement l’arrivée de nouveaux titres de Jimi Hendrix mais réfléchit encore à lui dédier un jeu vidéo où à enrichir les playlists des opus déjà existants.


Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Doha, un cycle qui ne tourne pas rond

L’organisation mondiale du commerce (OMC), et avant elle le GATT (General agreement on tariff and trade), son ancêtre né en 1947, fonctionne par cycles. Ils durent généralement quelques années seulement, et ont des objectifs précis : la plupart du temps, il s’agit de réunir tous les membres de l’OMC autour de la table pour apporter un peu de libéralisme aux échanges internationaux.

Les objectifs du cycle de Doha, le dixième depuis 1947, ne dérogent pas à la règle : les pays en développement doivent ouvrir leurs frontières aux activités de service des pays développés (secteurs bancaire, financier, assurances, etc.). En contrepartie, ceux-ci font de même pour les produits agricoles des pays pauvres, en arrêtant les énormes subventions qu’ils distribuent à leurs agriculteurs.

Débuté à Doha, au Qatar, en novembre 2001, ce cycle devait s’achever en quatre ans seulement. Mais aucun accord global n’a pu être trouvé, et en 2006 les discussions ont cessé, et les 125 nations concernées ont laissé sombrer le cycle de négociations. C’est le premier véritable échec de l’OMC, et du GATT avant elle.

La raison essentiel de l’impasse actuelle est le refus de certains grands pays, les Etats-Unis en tête, d’arrêter les subventions allouées à leurs agriculteurs, condition sine qua non au retour des pays en développement autour de la table des négociations.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Multisports : l’équipe, un refuge pour les Bleus déçus par l’individuel ?

Médaillées d’argent du relais 4 x 6kms, la biathlète française Sandrine Bailly et ses collègues nous ont encore prouvé hier, à l’occasion des JO de Vancouver, que les Bleus brillent souvent par équipes après avoir eu des résultats individuels décevants… Retour sur les plus belles revanches collectives françaises.

Leconte – Sampras, Coupe Davis 1991

Qualifiée en finale de la coupe Davis, l’équipe de France joue à Lyon contre les Etats-Unis de Sampras et Agassi. Yannick Noah, le capitaine des Mousquetaires, rappelle aux côtés du meilleur Français Guy Forget, le revenant Henri Leconte, ancien numéro 5 mondial mais redescendu à la 159ème place du classement ATP suite à des blessures à répétition. A la surprise générale, Leconte bat en trois sets secs Sampras et remporte le double aux côtés de Forget contre les ultrafavoris Flach et Seguso. Les Bleus l’emportent au final 3-1.

Championnats du Monde 2003 à Paris – relais 4 x 100m féminin

Décevante sixième de la finale du 100m en 11’06, la recordwoman d’Europe Christine Arron se surpasse à l’occasion du relais 4*100m en tant que dernière relayeuse. Lancée en deuxième position par Girard, Hurtis et Félix, Arron reprend trois mètres de retard sur la pourtant vice-championne du monde Torri Edwards à l’issue d’une ligne droite de folie… Son passage n’a pas été chronométré, mais l’Antillaise avait, ce soir là, les jambes qui lui ont tant manqué lors de la finale. Réaction d’orgueil ou faillite psychologique ?

Le 100 m

Le relais 4 x 100m

Jeux Olympiques de Vancouver – Biathlon

Pour la leader de l’équipe de France Sandrine Bailly, ces Jeux ont été une collection de médailles manquées… La skieuse de 30 ans, ancienne numéro un mondiale, misait beaucoup sur sa dernière compétition mais n’a pas su élever son niveau, en prenant une petite 7ème place du mass start et surtout, une indigne 52ème place de l’individuel… Avant ces résultat honorables mais sans gloire, Bailly n’était même pas sûre d’intégrer le relais 4*6kms, faute de résultats probants ces derniers mois… Un relais qu’elle a pourtant porté jusqu’à la médaille d’argent, en faisant le meilleur dernier tour de toutes les concurrentes ! Comme en 2006 lors de la conquête du bronze par équipes, « Sansan » a donc retrouvé ses jambes à l’occasion des relais après avoir tant déçu en individuel…

Leslie Djhone – Championnats d’Europe d’athlétisme 2005 – 400m

Grand favori de la compétition, Djhone vient de signer la meilleure performance européenne de l’année. Il finit pourtant seulement troisième de la finale du 400m, derrière son compatriote Marc Raquil et le méconnu Russe Vladislav Frolov… Quelques jours plus tard, Leslie Djhone signe pourtant une grande performance à l’occasion du relais 4 * 400m, et remporte la médaille d’or aux côtés de Diagana, Raquil et M’Barke. Manifestement, le Francilien a retrouvé par équipes l’état de forme qui lui a manqué en individuel.

Poster un commentaire

Classé dans Sport

Total : la grève s’arrête… sauf à Dunkerque

Les salariés de Dunkerque poursuivent la grève

La journée de négociations du mardi 23 février a porté ses fruits. Toutes les raffineries ont décidé de reprendre le travail. Toutes ou presque puisque celle de Dunkerque est toujours en grève.

C’est justement à la raffinerie des Flandres de Dunkerque qu’avait débuté le mouvement qui faisait planer la menace de pénurie d’essence sur la France. Les 380 salariés du site s’étaient mis en grève le 12 janvier dernier pour protester contre l’absence d’information sur leur avenir. Dans la foulée, les autres raffineries françaises du groupe avaient décidé de débrayer par solidarité. Le mouvement aura finalement été de courte durée. Total s’engageant à ne pas fermer de raffinerie dans les 5 ans en France, presque tous le monde a repris le travail. La dimension politique du mouvement, le PDG de Total, Christophe de Margerie a été convoqué à l’Elysée, a sans doute plus pesé dans la balance que le risque de pénurie d’essence. Au plus fort de la crise, mardi, seules 249 stations-services sur les 2 600 que compte la France étaient en pénurie d’au moins un carburant. Cette reprise du travail n’est pas non plus surprenante dans la mesure où, en pleine période électorale, le gouvernement ne pouvait prendre le risque de laisser le conflit s’envenimer.

Pourtant, il n’y a toujours aucune certitude pour l’avenir des salariés de la raffinerie des Flandres. « Nous ne sommes pas pleinement satisfaits des conclusions de la négociations de mardi qui ne confirme pas le redémarrage de notre outil de travail », explique Patrick Leclaire, le délégué FO. Certes, il n’y aura pas de licenciement sec, mais nous risquons d’être reclassés aux quatre coins de la France. » Des conditions jugées inacceptables qui ont poussé les salariés à voter la prolongation de la grève.

Une grève par solidarité… mais pas trop

« Il y a eu des avancées positives pour certains, sur la pérennisation des autres sites, mais le mot pérennisation n’a aucune valeur, peste le délégué SUD, Philippe Wullens, qui a participé aux négociations. Pour les salariés, ça veut dire vous êtes en CDD pour cinq ans… et après ? » Une manière aussi pour le délégué de s’interroger sur cette grève par solidarité. Les autres raffineries attendaient surtout des garanties les concernant. Une fois obtenues, le cas de celle de Dunkerque est tombé aux oubliettes. Du coup, la situation ne devrait que peu évoluer jusqu’au 8 mars, date du comité central d’entreprise qui statuera sur le futur de la raffinerie des Flandres. Seule certitude, avec la fin du mouvement dans les autres raffineries, les salariés dunkerquois se trouvent dans une position délicate.

Nicolas Lemonnier

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized